Insatisfait chronique : Et si on arrêtait de se raconter des salades ?

Ah le doux parfum de l’idéalisation … tu le connais toi aussi ?

Je l’ai humé tant de fois ! Combien de fois me suis-je illusionnée sur des situations ou des personnes ? Combien de fois ai-je eu envie de fuir la réalité parce que l’idéalisation m’était plus confortable ? Je ne les compte même plus sur les doigts de ma main !

On dépense tant de temps et d’énergie à bâtir des illusions ! Que cela soit par l’idéalisation des êtres que l’on côtoie, des situations qui se présentent à nous, des endroits que l’on souhaite voir, des objectifs que l’on souhaite atteindre.

On utilise un miroir aux alouettes pour se réfugier derrière une épaisseur chimérique, comme on mettrait une armure pour cacher les failles de la réalité !

On fuit le banal,  le présent, parce que cela ne nous plait pas.

Parfois cette fuite à du bon et nous tire vers le haut, en nous donnant de l’énergie et de l’impulsion pour avancer, mais parfois le monde construit dans notre idéal s’effondre, à la moindre bourrasque de vérité !

Le réveil est alors très douloureux. Ça pique le mental, ça réveille l’âme, ça fait pleurer et remonter tout ce que l’on avait enfouit en soi et surtout cela fait comprendre que l’illusion n’est pas si confortable car on provoquera à terme une douleur encore plus intense et difficile à cicatriser que si on avait dès le début évité de telles déconvenues illusoires.

L’idéalisation fait partie de mes chevaux de bataille. Je suis en train de beaucoup changer à ce sujet à bien des égards. La vie m’apprend à regarder la vérité en face, à affronter ce qui est, à couper des liens ou arrêter des situations, à nettoyer les faux semblants pour laisser place au VRAI, au SOLIDE, au RÉEL !

Je t’emmène avec moi par ce nouvel article dans les abysses de l’idéalisation qui est une aventure de vie, à elle toute seule !

Lire la suite de « Insatisfait chronique : Et si on arrêtait de se raconter des salades ? »

J’ai envoyé bouler mon CDI pour vivre enfin comme je l’entends !

Et voilà le glas du départ a retenti… Ce vendredi 7 avril 2017, pour la dernière fois, je passe le portique de mon entreprise pour rejoindre la sortie du bâtiment dans lequel je travaillais depuis quelques mois.

Je laisse derrière ma vie de salarié et mes interrogations concernant le moment où j’allais passer à l’action.

J’ai beaucoup cogité avant de passer à l’acte mais finalement après un rendez-vous pris avec moi-même mon équipe intérieure a décidé que c’était le bon moment et ma volonté de partir s’est moulée dans du fer en acier,  faisant rouler-bouler les peurs sous-jacentes d’une nouvelle vie.

Oui car cette nouvelle vie est une reconsidération totale de mon rythme de vie qui va être ponctuée de nouvelles habitudes à prendre : moins d’argent, plus de temps, une meilleure énergie, plein de projets à concrétiser…

Je te raconte tout dans mon nouvel article, suis-moi  🙂

Lire la suite de « J’ai envoyé bouler mon CDI pour vivre enfin comme je l’entends ! »

Quand le corps ne supporte plus d’être contorsionné par la société !

As-tu déjà communiqué avec ton corps ? T’a-t-il déjà dit qu’il n’était pas heureux comme s’il essayait de réveiller ta conscience pour te remettre sur le bon chemin ?

As-tu déjà eu des mésententes avec lui  parce que tu ne comprenais pas ses signes ?

Tu sais ces espèces de signaux physiques que ton messager physique t’envoie pour te mettre face à tes actions et à tes choix, parce qu’il te connait mieux que personne.

Il vient te secouer et te murmurer :

-«Mais qu’est-ce que tu es en train de fiche ? Réveilles toi tu n’es pas dans le bon sens de ta vie ! celui que tu prends t’amène sans terminus à côté de tes pompes, je ne suis pas d’accord ! Chaireusement ton corps » et bien sûr ceci est toujours couplé d’un message sans accusé de réception que tu découvriras quand tu ouvriras l’enveloppe !!!

Parfois tu vas recevoir le message tout de suite pour te mettre en garde, parfois tu vas le recevoir des années après parce que ce n’était pas le bon moment pour toi de recevoir ou que tu n’as pas su le lire.

Parfois le contenu sera doux, parfois il sera acerbe. C’est ton corps qui prend la décision de l’enveloppe du message et du contenu et il faut dire qu’il est un facteur très consciencieux et rigoureux qui envoie toujours ses courriers à temps de sorte à ce que jamais tu ne puisses lui reprocher  « Mais pourquoi ne m’as-tu pas prévenu ! »

despite-the-forecastlive-like-its
Sophie s’est fâchée avec les signaux de son corps !

Lire la suite de « Quand le corps ne supporte plus d’être contorsionné par la société ! »