Mon voyage en Inde : Le voyage du lâcher prise


articles, Mes voyages verts / mercredi, août 22nd, 2018

Mon voyage en Inde est enfin digéré. Je peux enfin t’en parler librement en ayant laissé à ma conscience le temps de comprendre ce que nous avons vécu elle et moi.

Ce voyage a été difficile, remuant, imprévisible et déroutant. Ce n’est pas tant le pays en lui-même qui m’a fait ressentir cela, car ce fût mon troisième voyage en Inde mais plutôt tout ce que l’inde m’a invité à vivre en elle… Comme à chaque visite, elle m’a permis de me transformer, de me faire apprendre de nouvelles choses et de me connecter à ma spiritualité. Elle m’a offert l’opportunité de dénouer les nœuds qui engonçaient mon âme.

Dans cet article je mets mon être à nu pour te conter cette pérégrination qui me laissera à jamais transformée…

Tu retrouveras en fin d’article, une vidéo qui viendra compléter cet article 🙂

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

Quand la vie t’invite à modifier tes croyances 

Avant d’arriver en Inde

Ce voyage en Inde a été pour moi l’envie de poursuivre mes apprentissages en ayurvéda (je pense que tu commences à savoir que cela est une passion très puissante chez moi et que je souhaite dédier ma vie à soigner les autres grâce à cette médecine) mais pas que, puisque j’ai amené avec moi ma maman avec qui les relations sont houleuses depuis de très nombreuses années. Je voulais par ce voyage, aussi créer aussi des souvenirs avec elle que nous pourrions mettre dans la bibliothèque éternelle de notre relation.

Seulement rien ne s’est passé comme prévu de ce côté-là ! Il est difficile de prévoir quand la vie en a décidé autrement !

Pour commencer alors que nous étions en transit à l’aéroport d’Amsterdam, nous avons raté notre avion  en direction de Bangalore. Le personnel de la compagnie que nous avons prie n’a pas voulu nous laisser embarquer alors que l’avion était en retard et que nous étions à 2 min prêt de l’heure d’embarquement. Nous avons passé la journée à essayer de trouver une solution dans cet endroit inconnu, faisant face à la fatigue, à la peur et à la colère. J’ai dû trouver une force incroyable en moi pour ne pas m’abandonner à la colère que je sentais monter en moi !

La première leçon que l’a vie m’a donné a été : Si tu veux trouver une solution, il va falloir trouver le calme intérieur en puisant en toi, trouve le calme dans la houle de ce moment inconfortable, pour que jamais les tempêtes ne t’empêchent de te sonder !

Deuxième leçon donnée : pour te délivrer sache lâcher du leste concernant l’argent, la sécurité intérieure est la chose la plus importante qui soit !

Je suis quelqu’un de très économe et j’ai horreur de dépenser mon argent dans des choses futiles, je fais très attention car on ne sait jamais de quoi demain peut être fait. Or pour faire face à ce ratage d’avion nous avons du repayer chacune 850€ rien que pour l’aller afin de reprendre un avion en direction de Bangalore (en plus de l’aller-retour déjà payé). Ce fût très difficile à accepter car c’est une grosse somme, imprévue et forcée, mais je me suis dis que finalement ce n’était rien à l’échelle d’une vie et que ma vie et les expériences que je pourrais faire en Inde valent bien plus que ce montant. Cela m’a permis d’accepter la situation et de (re)partir en Inde l’esprit plus léger.

Finalement, l’argent revient toujours à soi et je dois faire confiance à la vie pour cela.

A ce moment-là de mon voyage j’avais déjà compris la thématique de cette envolée vers l’Inde et l’invitation de la vie à expérimenter profondément le plongeon intérieur vers la libération de mes peurs : peur de ne pas être à la hauteur, peur de me détacher de ma mère, peur de me détacher de son passé pour aller vers mon futur, peur d’être dans ma puissance, peur de moi…

En Inde

 Nous sommes partis en pleine Mousson et quelle mousson ! Elle a été déferlante et sans arrêt !  (tu dois être au courant des inondations dramatiques qui se sont écoulées dans le Kerala, et bien le mois où j’y étais a été annonciateur car selon la famille chez qui j’étais cela faisait 20 ans que la pluie n’a pas été aussi conséquente !). Nous étions constamment dans l’humidité, sous le gris des nuages, et du vent.

Cet environnement météorologique invitait tout comme l’eau qui se répand sur le sol, à purifier, à laisser couler, à aller en soi pour chercher son soleil.

cof
Mousson de juillet 2018

J’ai affiché un sourire de tous les instants refusant de me laisser plomber par tout ce qui se passait ! J’ai contacté ma part de lumière et je l’ai fait jaillir de moi. Mon bonheur était rallumé par la famille chez qui je logeais et qui a pris soin de moi.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

Faire le deuil d’une relation utopique avec un être cher

Je ne parle pas souvent de ma vie mais les relations avec  ma maman sont très compliquées depuis que je suis toute petite. Elle a été mariée de force à mon père et a dû laisser en Algérie mon grand-frère et ma grande-sœur pour me sauver d’un père alcoolique et violant. J’ai grandi avec une maman qui n’était donc pas complète et déséquilibrée face à ses choix aux combien douloureux qu’elle a dû faire. Au fond de moi je me suis toujours sentie redevable. Je me suis battue pour faire de longues études et m’en sortir afin que jamais elle ne regrette de m’avoir sauvée.

J’ai toujours voulu lui prouver que tout cela n’avait pas été fait en vain, en cherchant constamment à lui plaire, à répondre à ses désirs.

Pendant ce voyage nous étions face à face, et face à nous-même !

En est ressortie de tout cela que ma maman a été dans la colère pendant tout le voyage. Le fait d’être en Inde l’a fait se reconnecter ses émotions refoulées. Je pense qu’elle avait envie que je m’occupe d’elle, elle n’avait pas envie d’être mère pendant le voyage.

Ses cicatrices étaient béantes et l’empêchait de prendre du recul face aux choses quand elle était submergée par l’émotionnel.  Elle a été assez difficile à gérer pendant ce voyage. Ses résistances étaient grandes et sa colère trop forte pour que je puisse le supporter.

Il faut dire que j’avais des attentes très fortes vis-à-vis de ce voyage et de la relation avec ma maman, je pensais de tout mon cœur que cela allait nous rapprocher, mais cela a eu l’effet inverse. Nous étions loin de tout et si proche l’une de l’autre.

Une cassure malheureuse a eu lieu, nous avons eu de fortes disputes, les discussions étaient compliquées. J’ai abandonné en Inde l’idée que j’aurais une maman enveloppante  parce qu’elle ne l’est pas avec elle ! J’ai abonné l’idée que l’on puisse me donner plus d’amour que je ne peux m’en donner…

J’ai appris que finalement c’était moi qui détenais toutes les clés et  que je devais trouver la sécurité intérieure en moi.

J’ai appris que je ne craignais rien parce que j’étais capable de mesurer des décisions, de solliciter mon intuition et ma raison quand il le fallait, que j’étais courageuse et que dans mon âme il fait si bon ! Que je suis assez forte pour ne pas avoir l’aval de quelqu’un quel-qu’il soit !

D’ailleurs, je me suis écrit un mantra en Inde que je me répétais chaque jour quand je n’allais pas bien. Je souhaitais te le partager pour les journées plus difficiles :

Mon mantra d'aventurière
Mon mantra d’aventurière verte

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

Apprendre à s’assouplir en étant dans l’acceptation des différences 

En Inde les différences culturelles sont très importantes avec ce que nous pouvons observer et vivre chez nous. Elles sont toutes des leçons de vie !

Vis-à-vis du temps

En Inde les horaires ne sont pas importants, quand on te donne un horaire c’est plutôt une plage horaire. Au début cela me rendait folle car en France on a pas l’habitude de cela, chaque minute compte, chaque seconde aussi. Les choses sont cadrées chez nous. En Inde tant que l’action est faite, c’est le principal, le temps que cela prend ? C’est vraiment pas une priorité !

Si un magasin doit fermer parce que le chef à faim, alors tu devras attendre l’ouverture sans avoir la moindre idée de l’heure où le magasin réouvrira, si tu passes et que ce n’est pas ouvert alors c’est que ça devait l’être ! Pas de prise de tête !

Vis-à-vis du confort et de la nourriture 

  • En France j’ai la chance d’avoir une grande forêt à 2 min à pied de chez moi, j’ai aussi un jardin calme et tranquille, ma ville est pleine de quiétude, bref j’ai la paix ! En Inde la paix c’est à l’intérieur que l’on se doit de la trouver ! Les klaxons retentissent à chaque seconde car c’est un moyen de communiquer avec les piétons pour dire « attention je suis sur ta gauche », « attention tu marches ou tu conduis trop lentement ». Les rues sont très bruyantes, et le calme est rare, c’est un luxe en Inde de l’avoir ce calme.
  • Pour ce qui est de la nourriture, j’ai mangé pendant 3 semaines la même chose, j’étais nourrie par l’hôpital dans lequel j’étais (j’avais payé pour cela aussi évidemment) mais ma nourriture était exclusivement à base de riz et de légumes. Jusque là tout va bien mais le problème c’est que c’était TOUT LE TEMPS la même chose et bien sûr je n’avais aucun accompagnement.

J’ai perdu du poids et j’avais une faim de loup ! (coucou Pitta) Je ne pouvais pas manger de la viande ou des œufs car le végétarisme est partout en Inde. Bien que j’en mange très peu en France, j’en mange quand même un peu de temps en temps (mon corps me le réclame) et je sentais que mon corps avait besoin de plus de protéines en Inde. Les pittas ont du mal avec le végétarisme en général surtout quand il est subit par le corps, et bien je l’ai bien ressenti 🙂

39685745_10214992360474458_6356909785467584512_n
Plat de riz et de légumes aux épices

J’ai apprécié chaque aliment que j’ai pu (re)goûter en France, et j’ai apprécié toute la variété que nous avons dans notre pays ! Nous sommes très chanceux !

Je cuisine toujours avec une note indienne ainsi qu’ayurvédique et ça c’est grâce à l’Inde mais je ne pourrais jamais me passer de notre variété culinaire à la française !

Vis-à-vis de la pédagogie

En Inde la manière de transmettre est différente, elle est connectée à l’envie et l’intuition du professeur qui  peut changer d’un jour à l’autre. L’apprentissage est davantage axée sur l’observation et la pratique, elle sort des cadres typiquement scolaires à la française !

J’ai beaucoup aimé cette approche même si parfois c’était le bazar, cela m’a permis d’avoir une certaine souplesse dans mes questions, dans mes demandes d’approfondissement de sujets ayurvédiques, dans mon envie de découvrir de nouvelles choses. J’ai trouvé les professeurs indiens très patients, très demandeurs d’être questionnés d’ailleurs ! C’était super, vraiment  ! Je me suis sentie très à l’aise 🙂

Vis-à-vis du regard des indiens

En Inde les indiens posent un regard sur toi avec une telle facilité et aisance, et je peux comprendre que cela soit très gênant quand on y est pas habitué.

Leur regard te fait te questionner sur la raison de ta présence ou de tes actions, sur ce que tu es. C’est indescriptible en fait.

dav
Personnel de l’hôpital dans lequel j’étais

Au début cela m’ennuyait que l’on me scrute sans cesse et que l’on me prenne en photo pour un oui ou pour un non, puis j’ai compris que tout cela était finalement bienveillant. Je l’ai accepté sans être dans la résistance. J’ai laissé les regards se poser et leurs sourires m’entourer. Il y a tant d’amour dans leur sourire !

Je m’y suis vite habituée. En France on fuit tellement les regards des gens alors que ce contact permet des sourires, d’ouvrir une discussion … de se connecter à l’autre.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

En conclusion je dirais que tout est question d’état de conscience et chaque expérience dépend finalement de ce que l’on en fait. La vie a décidé que c’était le moment pour moi de comprendre réellement ce qu’était le lâcher-prise et a fait en sorte que je le comprenne à bien des égards. Elle m’a fait répéter ma leçon plusieurs fois et je peux tedire que maintenant je la remercie, la leçon est retenue !

J’aime l’écoute des indiens et leur curiosité. J’aime leur force, leur spiritualité, leur impétuosité à être dans le lâcher prise et l’adaptation. J’aime le fait qu’ils osent.

Mon Inde je t’aime fort et je reviendrais à la fin de l’année pour continuer mon évolution dans l’ayurvéda qui est mon chemin de vie, tu me l’a prouvé encore une nouvelle fois !

Merci !

 

Vidéo en complément de l’article 

 

Et toi qu’as-tu appris en Inde ? Je serais très heureuse de te lire !  

11 réponses à « Mon voyage en Inde : Le voyage du lâcher prise »

  1. Bonsoir Sophie, waouh!!! j’ai lu et vu ta vidéo. Je me sens toucher. Ton histoire avec ta maman me rappel cette relation que j’ai moi aussi avec ma maman( même si c’est pas la même histoire) je le sens pareil ,j’attendais quelques choses de sa part, un geste d’amour qu’elle ne peux me donner, car elle même ne ce le donne pas. J’ai du mal avec le lâché prise,mais encore ton texte ,je vois les choses comme ça. Je cherche cette spiritualité depuis tant d’années. Je penses que je commence à y arrivée. Merci de nous dire partager tout ça. On dis que les rencontres avec des personnes sont pas anodine. Maintenant j’en suis sûr. Baladé.🙏

  2. Merci pour ce beau témoignage et cette belle expérience de lâcher prise j’espère vraiment que la vie nous fera nous rencontrer un jour j’ai moi même était en inde et je my suis sentie une belle personne
    Continuez votre aventure ayurvédique elle est faite pour vous
    Namaste

  3. Un grand merci Sophie pour ce magnifique partage d’experience et merci pour ta sincérité. Ton histoire me touche profondément car je vis Aussi cette relation difficile avec ma mère. Il m’a fallu beaucoup de temps et de travail pour me libérer enfin de l’influence bloquante de cette relation et d’oser enfin m’affirmer et ne plus être dans l’attente. Ton témoignage m’a fait comprendre de nouvelles choses. Et quant à l’Inde c’est un rêve d’y aller depuis toute petite, un pays, une culture , une spiritualité qui m’a toujours parlé. J’espère pouvoir le réaliser. au plaisir de continuer à suivre tes aventures. Tu est un rayon de soleil !

    1. Oh merci beaucoup Cathy pour ton joli et touchant message ☀️ 🙏💜 Je te comprends cela prend beaucoup de temps pour comprendre ce qu’il se passe avec nos mamans et surtout oser prendre les décisions qui s’imposent pour notre équilibre et celui de la relation avec notre mère.

      Je te souhaite beaucoup de douceur et bien sûr d’aller en Inde pour te plonger dans l’ amour et la Spiritualité de ce pays qui a tant à offrir 🙏

      Namasté 😘 et à très vite 😊

      Sophie

  4. Coucou Sophie,
    Ton témoignage est très beau, une histoire familiale chargée en émotions…tu as su trouver l’énergie qu’il te fallait pour réussir à gérer les aléas de la vie, tu es pleine de forces positives!
    Tu sembles être sur le bon chemin en tout cas🙏!
    Bonne journée à toi☀️
    Roseline

    1. Un grand merci pour ton joli commentaire Roseline ✨😊 oui cela n’est pas simple tous les jours mais je m’accroche à la lumière et je porte toute ma confiance en la vie, elle sait où nous amener pour bien évoluer 😊 Belle soirée à toi 🎑

  5. Très bel article, nous avions vu ta vidéo il y a un moment mais par écrit c’est encore plus profond. Nous partons en Inde dans un mois et même si ça n’a pas toujours été rose pour toi nous espérons avoir une expérience aussi fort que toi

Laisser un commentaire